Avertir le modérateur

24/10/2008

ça pulse !

23/10/2008

J-16

40372.jpgJ’y suis. Aux Sables d’Olonne… quelques jours avant le jour J, le jour où je prendrai le départ du Vendée Globe, moi, le plagiste, avec mon bateau tout rouge et mon bovin hilare au dessus de ma tête. N’est ce pas extraordinaire ?

Que s’est il passé pour que chose pareille arrive. Des rencontres, des aventures, du talent sans doute, de la conviction et de la chance, beaucoup de chance.

Je vais donc faire le tour de la planète, seul, sans assistance et sans, pour une fois, faire connaissance avec les services de l’immigration de chaque pays visité. Départ les sables d’Olonne, arrivée les Sables d’Olonne, après avoir fait le tour de l’Antarctique.
Pas banal…

Le bateau est prêt. L’équipe technique a bien travaillé. Depuis 2 ans, sans relâche. Ils l’aiment, ce bateau. Pourtant, il reste beaucoup à faire pendant ces 18 jours : vérifier, adapter, faire glisser, remplir les sacs de fringues, de bouffe, de matériel de rechange, contrôler les éléments de sécurité, vérifier pour la énième fois les réglages du mat et des voiles, l’électronique, l’informatique, l’hydraulique, etc.
Ne rien oublier. Cruel dilemme que de faire des listes de matériel embarqué en essayant de n’embarquer que le strict nécessaire. Qu’est ce qui va casser ? Comment réparer ? Et si telle pièce doit céder, pourquoi ne pas en faire une plus solide plutôt que d’en emporter une deuxième ?

Bah, je me débrouillerai avec les moyens du bord. De toute manière.

Je dois faire un break, éviter de repenser à ces questions posées cent fois. Je quitte Les Sables, prend l’avion ce soir, direction le Maroc, en famille.

Pour revenir dans une semaine, plus en forme et plus motivé que jamais.

La dernière semaine sera difficile…

Kito De Pavant

06/02/2008

Couture de pied de cochon, dernière épreuve avant le Vendée Globe !!!!!!

Pour prétendre participer au Vendée Globe, la route est longue et pleine d'embuches.

Tout d'abord, il  faut des moyens, donc un sponsor, qu'il aura fallu convaincre par son expérience, ses compétences, et l'interet médiatique du programme proposé.

Ensuite, il faut concevoir un monocoque 60' performant et fiable, le construire, l'équiper.

Puis qualifier le bateau et le bonhomme, ce qui a été fait et bien fait, fin 2007 lors de notre retour en solitaire entre le Brésil et la Bretagne.

Les tracasseries administratives sont également tres importantes et le dossier d'inscription est aussi épais qu'un dictionnaire (documents du bateau, dossier sécurité, licence radio, assurances, etc)

Il convient bien sûr de se préparer physiquement et mentalement à cette épreuve et ce gràce aux conseils du CREPS de Montpellier et du CEM à La Grande Motte, d'étudier avec Hervé Perrin  et en profondeur les difficultés météo du parcours.

Le dernier élément qui manquait était le certificat du stage médical effectué mi janvier à Pantin en compagnie de quelques-uns de mes futurs concurrents (Loic Peyron, Yann Eliès, Arnaud Boissières et Marc Tiercelin) mais aussi de plusieurs prétendants à la grande croisière.

Aprés avoir recousu brillamment mon pied de cochon et performé dans la piqure de pamplemousse, je suis officillement le 7ème inscrit du Vendée Globe 2008/2009.


Alors, ça vous dit ?

A bientôt

Kito

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu