Avertir le modérateur

20/11/2011

« Il y a des 5èmes places qui valent des victoires »

Superbes et particulièrement touchantes les arrivées successives de Banque Populaire, Macif et Groupe Bel, un trio qui se sera livré une bataille impitoyable en mer des Caraïbes. 111119TJVLIOTDPPI_2JML0002.jpgDans la nuit noire, sous un ciel étoilé, l'étrave de Groupe Bel, saluée par quelques éclairs, apparaît à près de 12 noeuds. Kito de Pavant et Yann Régniau franchissent la ligne en cinquième position à 2 heures, 04 minutes et 32 secondes, heure locale (09h04'32''heure française), après 16 jours, 18 heures, 04 minutes et 32 secondes de course, menés à la vitesse moyenne de 11,76 noeuds.

Les traits sont tirés mais leurs sourires en disent long sur ces 16 jours de transat  extrêmes d'un bout à l'autre dans le gros comme dans le petit temps. Toutes aussi extrêmes, les options de l'équipage de Groupe Bel qui a été l'un des concurrents les plus audacieux dans ses choix tactiques. Enfin, extrême, l'énergie qu'il a fallu déployer moralement et physiquement pour cette  5ème place que le tandem de Groupe Bel est allé chercher jusqu'au bout, jusqu'aux derniers empannages, jusqu'au dernier nuage !

Retour sur une bien « Bel » aventure :

Kito de Pavant :

Ta sixième Transat Jacques Vabre s'est révélée intense à tous les niveaux ?
« C'est vrai que cela a été difficile ! Un début de course très sportif, puis, il y a eu cette pétole après les Açores et enfin, la récompense avec de superbes heures de glisse en mer des Caraïbes. Nous nous sommes régalés depuis Saint Domingue pour descendre jusqu'au large de la Colombie. »

Les ‘Sudistes' (Banque Populaire, Macif, Groupe Bel) n'ont pas été à la noce cette année !
« Il n'y a pas photo : le Nord a eu l'avantage (Virbac Paprec 3, Hugo Boss). Au moment où nous avons pris la décision, après les Açores, les deux options se valaient. Nous avons préféré faire confiance au court plutôt qu'au long terme et nous n'aurions pas dû. Nous nous sommes dit que s'il y avait moyen de passer sous l'anticyclone, il fallait plonger immédiatement mais la porte s'est refermée. Nous n'avons aucun regret ! Nous avons pris cette décision communément, cette route comportait des risques, comme l'option Nord d'ailleurs. L'Atlantique est un grand échiquier sur lequel il faut jouer, parfois miser, mais on ne gagne pas toujours et nous n'étions pas les seuls dans cette situation. »

Belle remontée néanmoins ?
« Oui. Il y a des 5èmes places qui valent des victoires ! Nous étions derniers à mi-course, pas facile à vivre. Nous avons tout de même réussi à raccrocher les wagons et à tenter des coups payants. L'occasion de voir que Groupe Bel va toujours aussi vite que les bateaux plus récents! »

A un an du Vendée Globe, cette transat te redonne confiance ?
« J'ai toujours eu confiance en Groupe Bel même s'il est vrai que nous avons eu une série noire ces derniers mois. J'étais tout aussi confiant en partant sur le Vendée Globe et La Barcelona World Race qu'en partant du Havre ! Nous avons encore réussi à fiabiliser le bateau et nous récoltons le fruit de notre travail. Nous n'avons pas sorti une seule fois la boîte à outils et ça, c'est de bon augure à un an du Vendée Globe. »

Yann Régniau :

Comment as-tu vécu ta première Transat Jacques Vabre ?
« Très bien ! Tout s'est super bien passé avec Kito, c'est une superbe expérience même si je ne pensais pas que ce serait aussi stressant ! Tu es sans arrêts dans l'attente des classements pour voir si tu as gagné ou perdu des milles… mais finalement c'est « vachement » bien. Sans rire, c'était génial ! »

En tant que maître voilier de Groupe Bel,  quels enseignements as-tu tiré de ces 16 jours en mer ?

« J'ai vu certaines choses pour la grand voile surtout, au niveau des finitions et des formes pour limiter notamment les poches d'eau quand nous sommes au reaching sous un ou deux ris. J'ai aussi réfléchi aux formes des voiles d'avant pour le Vendée Globe, et peut-être à une voile plus polyvalente entre un spi et un gennaker. »

Désormais, Kito de Pavant et Yann Régniau vont s'offrir quelques jours de repos bien mérités au Costa Rica d'où l'équipe technique de Groupe Bel convoiera le monocoque vers Saint-Barthélémy pour une opération de relations publiques avec des partenaires et collaborateurs de Bel. Ensuite, c'est en convoyage et en solitaire cette fois que Kito rejoindra la Méditerranée.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu