Avertir le modérateur

29/04/2010

Le sort s'acharne sur l'équipage de Groupe Bel

departure5.jpgCette nuit, le vent était fort, entre 25 et 35 noeuds dans les rafales. Nous étions décidés à attaquer pour grappiller des milles. En début de nuit, le spi médium a explosé, têtière arrachée. On renvoie le spi lourd, et on accélère. Entre 13 et 18 noeuds. On a passé les combinaisons sèches car le bateau était sous l'eau et en fin de quart de Seb, patatras, c'est le spi lourd, réputé indestructible, qui s'ouvre en 2, au milieu. Coup dur.

Du coup, il ne reste plus que le spi léger, le plus fragile, qui va falloir bichonner. Hors de question donc de le sortir du sac dans ces conditions. On envoie le génois et naviguons ainsi depuis à vitesse lente en attendant que le vent mollisse.

L'atelier réparation se met en place mais il faut d'abord tout sécher et vu les conditions de mer dehors ce n’est pas gagné...

Autre sujet de tracas, la météo qui semble favoriser les bateaux de devant, à moins qu'une solution radicale par le nord s'ouvre à nous. On étudie cela de près. Cela parait pas évident mais qui ne tente rien…

Kito & Seb

Ce n'est plus la même course !

Pas facile de vous écrire, c'est un truc bizarre, on est en course mais, c'est plus la même ! En tous cas, nous sommes bien contents d'être sortis de l'archipel des Canaries et ses dévents et d'avoir pu, dès ce matin, bénéficier d'un bon flux d'alizés 25-30 nds.

Pour le moment, on profite des bonnes conditions pour aller le plus vite possible tout en passant du temps à la bannette pour récupérer. Evidement, on regarde ce qu'il se passe devant, d'ailleurs il semblerait que les avionneurs bretons soient avides de tomates et se les partagent avec le cercle des géants verts. Plus au sud, les banquiers investissent pour l'avenir. Belle bagarre ! Bref, nous on a un impératif, le 12 mai il faut qu'on soit à St Barth !

Seb et Kito sur Groupe Bel.

 

28/04/2010

On est sur l'eau et c'est ça qu'on aime

imaginez la violence du choc.jpgBonsoir à tous,

J'ai un peu tardé à envoyer des nouvelles depuis notre départ de la marina del Atlantico ce matin. Les deux premières heures ont été toniques avec le contournement de la pointe Nord-Est de Tenerife au louvoyage avec 25 noeuds de Nord , puis la pétole a sérieusement entamé notre moral déjà mis à mal par cet épisode. Bon, il faut positiver : le bateau est en état de naviguer certes avec un safran pas optimisé, avec même le biseau sur la fuite (les connaisseurs du Figaro Bénéteau vont sourire) mais on peut diriger le bateau. Nous avons deux semaines de vivres et d'eau pour traverser l'Atlantique et puis on est sur l'eau et c'est ça qu'on aime....

Un grand merci à l'équipe technique et notamment Hervé qui s'est cogné 1000 km de voiture de nuit pour l'avion de Madrid et nous livrer à domicile ce foutu safran dans un temps record et ce, malgré tout le travail que leur procure la récente mise à l'eau du 60' Groupe Bel à Port Camargue.

Une pensée émue également pour cette pauvre baleine inoffensive que nous avons blessé et qui j'espère se remettra vite de cet incident.

Nous espérons passer la porte de La Palma en fin de nuit (si le vent veut bien revenir) et surtout trouver la motivation pour continuer à faire marcher le bateau au mieux. Bien naviguer sera notre leitmotiv"

Kito & Seb à bord de Groupe Bel

CLASSEMENT DU 28/04/10 08:00 (HF)
1 - BRIT AIR à 2283,1 milles de l'arrivée
2 - SAVEOL à 1,9 milles du premier
3 - CERCLE VERT à 3,8 milles
4 - BANQUE POPULAIRE à 12 milles
5 - GASPE 7    à 55,8 milles
6 - GEDIMAT à 62,4 milles
7 - GENERALI EUROP ASSISTANCE à 64,6 milles
8 - GENERALI à 69,6 milles
9 - LUFTHANSA à 70 milles
10 - CREDIT MUTUEL DE BRETAGNE à 79,9 milles
...
24 - GROUPE BEL à 284,9 milles

27/04/2010

La vache prend le taureau par les cornes !

gbelfig_0684.jpgC’est reparti mon Kito ! Moins d’une journée après sa collision avec une baleine, le Figaro Groupe Bel a repris la mer ce mardi, à midi. L’escale technique à Santa Cruz (Tenerife) a duré une dizaine d’heures et le safran tribord endommagé a pu être remplacé en un temps record. Baisser les bras n’est pas le style de la maison et même s’ils accusent du retard sur la tête de la flotte, Kito de Pavant et Sébastien Audigane ont décidé de poursuivre leur aventure en course ! Foi de compétiteurs et foi de vache tenace, cet attelage a mangé du lion. La chasse est lancée.

Hier dans la soirée, les premiers concurrents de la Transat AG2R – La Mondiale ont passé la marque de parcours imposée par la direction de course, positionnée au Nord de La Palma, l’île la plus Ouest de l’archipel des Canaries. Au même moment, le duo de Groupe Bel faisait route vers Tenerife où ils ont accosté à 2 heures du matin. Depuis le choc avec le cétacé survenu lundi autour de 13 heures et qui a gravement abîmé le safran tribord du Figaro, le team Groupe Bel a mis tout en œuvre pour apporter un gouvernail de rechange à l’équipage. Le directeur technique, Hervé Giorsetti, a livré la pièce à 10 heures ce matin et deux heures plus tard, notre tandem larguait de nouveau les amarres.

Déçus de laisser s’échapper leur position dans le groupe des leaders qu’ils défendaient depuis une semaine, Kito et Seb on t tout envisagé pour la suite qu’ils donneraient à leur traversée. Et c’est bien l’esprit sportif qui l’a emporté. Depuis bientôt six ans, le Groupe Bel et son skipper vivent de grands bonheurs mais traversent aussi des épreuves et, dans l’adversité, ils ont toujours su rebondir et retrousser leurs manches. En voici une nouvelle démonstration ! Les marins se dirigent vers la marque de La Palma, distante d’une centaine de milles de Tenerife. Quelques minutes avant de quitter le quai de la marina de Santa Cruz, le skipper de Groupe Bel a consulté une dernière fois la météo et annonçait que le vent pourrait bien mollir par l’avant de la flotte….de quoi faire fumer les naseaux de notre vache qui voit rouge, non pas de colère, mais bien d’envie de croquer quelques jupes arrières de Figaro !

Vacation radio avec Kito de Pavant une heure après son départ de Tenerife :
« Nous tirons des bords pour nous dégager du Nord-Est de l’île de Tenerife. Nous avons encore une heure de louvoyage et après nous pourrons faire route directe vers La Palma. 24 heures environ se sont écoulées depuis notre accident avec la baleine et nous estimons à une trentaine d’heures notre retard sur les premiers à La Palma. Nous n’avons pas vraiment eu le temps de réfléchir, il a fallu organiser l’échange du safran et faire venir Hervé, mon directeur technique. Cela a été une sacrée galère pour lui et car il a fait 10 heures de voiture jusqu'à Madrid pour prendre le premier avion ce matin. Nous nous sommes bien sûr posés la question de repartir ou non. Il y a beaucoup de paramètres à évaluer dans ces circonstances mais dans la mesure où l’on peut réparer le bateau et qu’il peut naviguer, nous allons jusqu’au bout de l’histoire même si le résultat final ne sera pas à la hauteur des objectifs initiaux. Le bateau n’est pas à 100% de ses capacités mais il navigue et ne nous empêchera pas d’aller jusqu'à St Barth. Nous avons besoin d’encouragements car cela ne va pas être simple. Seb et moi n'étions pas programmés pour ce genre de situation : se retrouver en queue de peloton n’est pas forcement très rigolo mais nous allons trouver les ressources d'aller jusqu’au bout. »

Classement du mardi 27 avril, à 15 heures (HF)
1 – Savéol – Attanasio/Davies à 2414 milles de Saint-Barth
2 – Banque Populaire – Grégoire/Véniard à 20,5 milles du leader
3 – Brit Air – Le Cleac’h/Delahaye à 21,5 milles
4 – Cercle Vert – Morvan/De Broc à 23 milles
5 – Gédimat – Tripon/Le Gal à 63,4 milles
6 – Gaspe 7 – Brault/Koch à 64,9 milles
7 – Generali - Lunven/Le Cam à 66,3 milles
8 – Generali Europ Assistance - Eliès/Beyou à 69,1 milles
24 – Groupe Bel - De Pavant/Audigane à 230 milles
Tout le classement : cliquez ici

26/04/2010

Groupe Bel percute une baleine et se déroute vers Tenerife

gbelfig_0585.jpgPeu après 13 heures, alors qu'il naviguait sous spi vers les Canaries et pointait en 5e position de la Transat AG2R-La Mondiale, le Figaro Groupe Bel a percuté violemment une baleine, choc qui a littéralement arraché le safran tribord. Kito de Pavant et Sébastien Audigane vont bien et se déroutent actuellement vers l'île de Ténérife. Groupe Bel progresse toujours à la vitesse de 7,5 noeuds et devrait atteindre l'île, distante d'une soixantaine de milles, d'ici une dizaine d'heures.

Prévenu immédiatement, le team Groupe Bel organise en ce moment depuis Port Camargue le déplacement d'Hervé Giorsetti (directeur technique) qui se rendra à Tenerife dans les prochaines heures afin de livrer un safran de rechange à l’équipage. Les marins prendront alors la décision de repartir en course ou non.

S’ils n’ont rien physiquement, Kito et Seb ont bien évidemment le moral en berne, eux qui bataillaient dans le groupe de tête depuis le départ de Concarneau.

« Nous étions quasiment bord à bord avec Banque Populaire. Nous marchions à 11 nœuds sous spi, grand voile haute, avec un peu de mer, mais des conditions paisibles, et on commençait à penser à la suite de la course après les Canaries. Et d’un seul coup, j’ai vu la baleine qui était vraiment à la surface de l’eau. Elle était le long du bateau, ne nous regardait pas, et quand elle nous a vu, elle a plongé. Elle a eu peur vraisemblablement et elle a plongé d’un seul coup vers le bateau et c’est sûrement la queue qui a tapé très violemment le safran qui a explosé sous le choc.

Nous avons désolidarisé le safran de la mèche (ce qui tient le safran) et on navigue comme ça. Nous pouvons rejoindre l’ile de Tenerife par nos propres moyens. Nous avons un autre safran qui est dans le camion prêt à partir de Port Camargue. Il faut maintenant trouver un avion qui peut partir au plus vite. La réparation ne devrait pas prendre trop de temps a priori, disons que demain dans la journée, le bateau pourrait être prêt à naviguer et on prendra alors la décision de repartir ou pas en course.

Nous sommes super déçus. Nous avions d'excellentes conditions pour avancer, les prévisions étaient ensuite parfaites pour traverser l’Atlantique. Nous étions 5e donc toujours bien dans le groupe de tête avec un peu de distance sur les autres poursuivants et voilà, « patatra»… »

La vache et la tortue

etranges galurins.JPG"Bonjour Nous avons frisé la catastrophe ce matin. C'était le changement de quart à bord de Groupe Bel, ce matin. Il faisait beau, grand soleil et un bon vent de NE et une belle bagarre entre les banquiers qui finiront par encaisser, les avionneurs bretons qui avoinent, et les cow-boys qui rigolent...

Et ne voila t il pas qu' une tortue toute jolie et toute dorée venue se chauffer la carapace au soleil se retrouve à quelques mètres des cornes de la vache (celles situées a l'étrave). Cette malheureuse et imprudente tortue traversait l'océan tranquillement (normal pour une tortue!) mais en dehors des passages à clous et à l'heure de pointe, juste au moment où une cinquantaine de barbus de tout poils et de moins barbues se précipitent sur leur fier coursier en direction de La Palma où d'ailleurs, on se demande bien ce qu'ils vont y faire....

C'est là que le destin fut aujourd'hui si heureux : le barreur, qui avait  la moitié d'un oeil encore  ouvert malgré ce long quart de barre, eut le réflexe qui sauve en tirant in extremis sur son manche alors que la tortue terrifiée n'eut pas le temps de se retirer a l'intérieur de ses appartements. Bien au contraire , elle eut ce formidable geste de survie appris lors de son dernier stage ISAF (Institut pour la Sécurité des Animaux Flottants) : se mettre en position de foetus avec les nageoires antérieures au dessus de la tête et c'est pas facile car chacun sait que les pattes antérieures d'une tortue sont courtes...

Bref, le choc fut évité de justesse, la tortue aura effectué un tête à queue spectaculaire mais sans gravite dans la vague d'étrave de Groupe Bel. »

Kito & Seb

Avec des vitesses légèrement plus soutenues qu'il y a quelques heures, les 25 duos de la Transat AG2R LA MONDIALE débutent cette deuxième semaine de course avec le sourire comme le prouvent Kito et Seb. Au programme : spi, surfs et progression TGV. Si Saveol est toujours en tête, derrière on se fait des politesses d'un classement à l'autre et c'est désormais Banque Populaire qui occupe la deuxième marche devant Groupe Bel. Prochain rendez-vous attendu : le passage à la porte de La Palma prévu pour la nuit prochaine.


CLASSEMENT DU 25/04/10 08:00 (HF)

1 - SAVEOL à 2688 milles de l'arrivée
2 - BANQUE POPULAIRE à 15,7 milles du premier
3 - GROUPE BEL à 16,1 milles
4 - BRIT AIR à 16,8 milles
5 - CERCLE VERT    à 16,9 milles
6 - GASPE 7 à 53,4 milles
7 - GEDIMAT à 61,3 milles
8 - LUFTHANSA à 65,7 milles
9 - CREDIT MUTUEL DE BRETAGNE à 68 milles
10 - GENERALI à 69 milles
25 classés

25/04/2010

Petite tranche de vie sur Groupe Bel

HAMAC XXL.JPGUne voix m'appelle me tirant d'un profond sommeil, c'est l'heure de monter sur le pont. Après un bon café chaud en discutant avec Kito, le temps de s'adapter aux lumières et aux mouvements du bateau. Et hop , c'est partie pour trois heures de glissade car nous sommes enfin sortie de la fameuse dorsale et filons bon train vers les alizés.

Le vent monte un peu aux alentours de vingt noeuds permettant de jolis surfs et provoquant la curiosité d'un banc de dauphins sauteurs qui nous accompagnent une heure durant.
La lune presque pleine éclaire bien la mer, c'est top ,la nuit va être bonne.

Seb et Kito  à bord de Groupe Bel

EXTRAIT DE CLASSEMENT DU 25/04/10 08:00 (HF)

1 - SAVEOL à 2952 milles de l'arrivée
2 - BRIT AIR à 1,9 milles du premier
3 - GROUPE BEL à 2,0 milles
4 - BANQUE POPULAIRE à 2,5 milles
5 - CERCLE VERT    à 8,6 milles
6 - GEDIMAT à 10,5 milles
7 - GASPE 7 à 19,3 milles
8 - LUFTHANSA à    21,5 milles
9 - CONCARNEAU - ST BARTH à 30,0 milles
10 - GROUPE SNEF à 54,5 milles

24/04/2010

Les 4 mousquetaires !

BEL REFLET.JPGBonsoir à tous. Petit regroupement au large de Gibraltar... Nous sommes 4 bateaux dans un rayon de 4 milles : Cercle Vert juste à côté, Brit Air sous le vent (enfin ce qu'il en reste...) et Banque Populaire devant au vent (enfin ce qu'il en reste!!!). C'est la pétole généralisée malgré quelques périodes où nous pouvons avancer normalement.

La zone est envahie de dauphins et de baleines, ça souffle a tout va. La dorsale est sur nous, pas de solution pour échapper à ses griffes. Les 24 prochaines heures seront difficiles mais ensuite c'est l' autoroute du soleil et les alizés. Espérons que le péage ne sera pas prohibitif. On y verra plus clair dimanche matin.

Kito et Sébastien sur Groupe Bel

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu