Avertir le modérateur

17/05/2008

Regard sur The Transat : Du baston jusqu’à Boston…

Une fois n’est pas coutume, le vent portant et faible aura régné durant toute la première semaine de course  depuis Plymouth. Mais les choses devraient revenir « à la normale » dès samedi avec le retour de la circulation des dépressions d’ouest en est au dessus de la route des concurrents. Et donc le retour du vent fort et contraire et ce, vraisemblablement jusqu’à l’arrivée à Boston.


Cette première semaine aura donc été marquée par la pétole, mais, malgré ce que le néophyte pourrait penser, ce ne sont pas des conditions de tout repos pour les solitaires. Si les bateaux et les estomacs des skippers sont épargnés, les méninges, eux, sont à plein régime et  manœuvres et réglages sont incessants. La faible brise est aléatoire et le moindre changement de son intensité ou sa direction demande au régatier des modifications du jeu de voile ou de la trajectoire. Les différenties de vitesse entre les bateaux peuvent aller du simple au double avec plus ou moins  1 nœud de « True wind speed ».Dans ces conditions, aucune possibilité de se reposer correctement et seules les micros siestes de 10mn sont autorisées  sous peine d’être distancé irrémédiablement. Mais la plupart des marins en course connaissent bien  la donne puisque tous, sauf Dee et Steve, ont  couru la Solitaire du Figaro. C’est d’autant plus difficile que le calme apparent appelle le sommeil qui est interdit en pareille circonstance. Et comme c’est souvent le cas, les premiers dans la pétole seront les premiers à toucher des conditions meilleures.


Il faut être fort mentalement pour se battre sur l’eau pour profiter du moindre souffle. Comment savoir si le voisin n’a pas un vent plus soutenu, si la voile que l’on vient d’envoyer est la bonne, la trajectoire que l’on suit nous amène pas dans une bulle sans vent ?
Bref, vivement la brise et les vagues qui vont avec pour se reposer !!!!


Eh bien, ça ne devrait pas tarder, le vent de SW va rentrer, 25 nœuds moyen et puis les dépressions, nées aux USA, vont commencer à re-circuler sur l’Atlantique en longeant Terre neuve au nord de la route directe empruntée par les concurrents dictée par l’ « ice gate » imposée par la direction de course. La direction du vent restera de secteur ouest pendant toute une semaine au moins et ce sont des conditions beaucoup moins confortables que vont rencontrer les marins. Les coups de vent vont se succéder et il va falloir gérer le matériel, profiter au mieux de chaque bascule, matosser, ballaster, prendre des ris, changer les voiles d’avant,etc.
Dernière difficulté, le Gulf Stream qui va ralentir les bateaux.


La situation en 60’ est assez simple : Marco Guillemot, courageux, mais out à cause de sa blessure et Mich’ Dej’, de retour vers la maison, ont clairsemés le rang des vainqueurs potentiels. Reste Jojo, en pleine forme et en avance, Vincent le terrible sur la même route, Loïck en embuscade pas loin, Yann auteur d’un joli début de course mais trop décalé au nord et Armel, en qualif, donc prudent.
Derrière, la deuxième division  se livre et va se livrer à une belle bataille toute aussi intéressante que devant même si les écarts entre les 2 groupes vont se creuser inexorablement.


Chez les 40’, la flotte est toujours compacte et devront patienter encore un peu pour sortir des petits airs. Giovanni, qui a un super bateau, va devoir s’employer pour  imposer son rythme.


C’est finalement pour ces 2 derniers groupes que le black out proposé par les organisateurs devrait révéler le plus de surprises et de chamboulement…


Kito De Pavant 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu